laissez mes ailes se deployer

12 avril 2010

Moi 1

 

 

Il est tard, le soleil est en train de ce coucher, les derniers rayons de soleil rougeoient sur les murs de la citée. Elle hésite, rebrousse chemin mais finalement décide d'entrer dans cette nouvelle cité, pour elle synonyme de nouvelle vie .Elle est enveloppée dans sa longue cape de voyage, sa capuche baissée sur ses yeux cache ses cheveux flamboyant dans le soleil couchant, son corps dans ce long manteau parait frêle et pourtant... Elle se dirige à petit pas vers la taverne. La peut-être sera elle en sécurité et parviendra elle a tout oublié et a se reconstruire cette nouvelle vie à laquelle elle aspire tant.
Elle entre et tout d'un coup plus un bruit dans la salle tout le monde cherche a dévisager l'inconnue.Pourtant elle ne se démonte pas elle avance a pas décidé et va s'installer au fond de la salle dans un coin discret, autour d'elles les conversations reprennent malgré tout elle se ne se sent pas encore tout a fait  à l'aise, le doute s'installe dans son esprit. Et si elle n'avait pas fait les bons choix, si au lieux de fuir elle était restée que se serait il passé ?
Son esprit se perd dans des pensées enfouies au fond d'elle-même qu'elle espérait perdues a jamais, elle revit tout, malgré la chaleur que lui apporte sa cape de voyage qu'elle n'a toujours pas ôtée, elle tremble de froid. Soudain une voix l'interpelle, tout doucement elle redescend sur terre, elle réalise que tout sa n'était que ses souvenirs, qu'elle ne craint plus rien maintenant et qu'on lui parle.Son long voyage jusque ici la épuisée, elle à l'impression qu'elle a passé des années sur les routes. Se retrouver dans une ville lui parait si surprenant et ces contacts humains lui font du bien.
Une serveuse l'interpelle, elle lui demande dans une langue qui lui est familière mais pourtant qui lui parait si lointaine ce qu'elle veut prendre.
Elle commande à boire et à manger. La serveuse est surprise cette étrangère qui parle parfaitement leur langue avec cependant un léger accent, un accent qui appelle a la rêverie et qu'elle n'a jusque là jamais entendu. Pendant qu'elle va chercher la commande de cette inconnue elle rêve a son mystérieux pays et imagine ce que devait être sa vie dans un pays avec une langue si musicale.En revenant avec la commande elle est interpellée par la mystérieuse jeune femme qui lui demande si il reste quelque part des chambres libre. La serveuse répond que oui et demande à quel nom il faut l'enregistrer.
Mon nom, se demande l'inconnue, sa fait longtemps que je n'ai pas été appelée par mon nom ? Et si.... on me reconnaissait je ne peux pas courir ce risque après tant de temps passé pour essayer de tout oublier.
Je m'appelle Ojlr, dit l'inconnue. Je n'ai pas de nom de famille, mettez juste cela.
La serveuse est surprise, ce nom n'est pas courant du tout et est pratiquement imprononçable mais bon elle enregistre tout de même son hôte et la conduit a sa chambre.
Ojlr suit la serveuse en silence, elle est repartie dans ses pensées. Elle songe a ce nom qu'elle n'entendra jamais plus de la bouche d'un autre qu'elle-même. Elle pénètre dans la chambre a la suite de la serveuse qui lui explique les règles de la maison. Elle la remercie, la raccompagne à la porte, ferme a clé et s'allonge sur le lit. Une fois allongée, elle songe qu'elle porte toujours sa cape sur elle, elle la retire et la pose sur la seule chaise présente dans sa nouvelle chambre. Celle-ci lui parait beaucoup plus petite par rapport a son ancienne ; elle est plus sombre, pourtant sa tenue d'un rouge vif qui s'accorde avec ses cheveux illumine la petite pièce. Et pour la première fois depuis son départ, elle ose se regarder dans un miroir et ce qu'elle voit tout d'abord la surprend, elle parait toujours aussi jeune et elle est toujours aussi belle, mais en regardant attentivement elle peut lire sur son visage les marques du passé. Et soudain, elle s'évanouit a la vue d'une ombre dans le miroir.
Elle se réveille quelque temps plus tard allongée dans une chambre qu'elle ne reconnaît pas comme la sienne, puis tout doucement les souvenirs reviennent, son départ et la taverne dans laquelle elle se trouve et l'ombre dans le miroir.
Comme il serait pourtant mille fois plus simple que ses souvenirs s'effacent pourtant elle sait que ce n'est pas possible. Sans ses souvenirs elle n'est rien, elle n'est plus elle-même. Elle n'est plus la jeune fille frêle qu'elle était il y a quelques années en arrière, elle a vécut. Contrairement a ce que montre son corps elle n'est plus une jeune fille fragile ; elle s'est endurcis au combat et ne crains plus ni les hommes, ni les bêtes. Et pourtant...Sa plus grande peur la suis toujours malgré la distance qu'elle a parcouru, celle-ci est toujours présente.
Elle s'allonge et s'endort. Elle passe une nuit très agitée, son sommeil est rempli de rêves et de cauchemar.

Posté par maveric-k à 15:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Moi 2

Le lendemain matin elle se réveille à la fois apaisé et apeuré, elle se dit qu'ici elle pourra être tranquille mais une peur sourde l'empêche d'être totalement libérée et rassurée.Elle descend dans la salle commune, après avoir pris soin de remettre sa cape en place sur ses épaules et sa tête, pour se restaurer, et croise la serveuse qui l'a accueillit la veille au soir.
La se
rveuse l'interpelle, « Madame ; Ojlr »
« Appelez- moi Jo ce sera
plus simple, que ce passe t'il ? »
« Je me suis interrogée tou
te la nuit. Pourriez vous me dire de quel pays vous venez votre accent m'interroge et pourtant vous parlez parfaitement notre langue »
« Et puis pourquoi ne q
uittez vous pas votre cape, vous savez il fait chaud ici »
«Je
ne peux vous dire de quel pays je viens, c'est comme sa, ne cherchez pas à le savoir ! Pour ma cape, il se trouve que j'ai froid, un jour peut-être que je l'enlèverai et ce jour la vous comprendrez qui je suis et d'où je viens. Si je parle parfaitement votre langue c'est juste du au fait que la d'où je viens votre langue est importante aux yeux de mon peuple et nos enfants l'apprennent très jeunes. »
Étrang
e dame pensa la serveuse, a la fois mystérieuse et inquiétante et pourtant on a envie d'apprendre a la connaître.Jo s'assied a une table au fond de la taverne, elle est songeuse, cacher son identité risque d'être dur pour elle. Son allure, son accent tout chez elle traduit qu'elle n'est pas de la région. La porte s'ouvre, un homme entre et la soudain elle prend peur dans l'entrebâillement de la porte a travers la lumière, elle crois reconnaître la raison pour laquelle elle a fuis. L'homme pénètre entièrement dans la taverne et Jo lâche un soupir de soulagement, cet homme n'a rien à voir avec son cauchemar. Elle se surprend à trembler, pourtant elle sait que tout ça est derrière elle et que cela ne se reproduira plus jamais. Sa peur la tenaille au plus profond d'elle-même, elle cherche à remonter des Abymes dans lesquels l'entraînent ses pensées. Ses souvenirs remontent, elle se retrouve au bord des larmes. Son ancienne vie lui manque, sa famille, ses amis, son pays. Parler sa langue maternelle lui manque terriblement. Elle souhaiterait tant pouvoir porter ses habits d'autrefois sans avoir à les cacher par sa cape, ses robes couleurs de feu, idéales pour se battre mais qui apportent de précieuses information sur son origine et sur sa classe. Elle aimerait tant pouvoir être de nouveau elle-même, pouvoir se balader librement dans les champs et ramasser ses plantes. Elle décide d'aller se balader en ville, de parcourir de long en large ces nouvelles possibilités qui s'offrent a elle. Qui sait, cette cité pourra peut être lui révéler quelques secrets qui pourraient lui plaire.
Elle sort s
e balader dans la cité, à l'extérieur le soleil la réchauffe et sa cape de voyage lui semble maintenant assez inconfortable par la température extérieure. Elle a tant envie de libérer sa tête de la capuche qui l'étouffe. Elle hésite puis finalement se décide, et d'un geste ample libère la masse de ses cheveux d'un rouge éclatant. Ses longs cheveux qui descendent jusque dans le creux des reins, semblent retrouver leur liberté. Elle sembla par la même occasion, retrouver un peu de son assurance naturelle, qui était enfouie au fond d'elle-même. Son visage encadré par ses longues mèches rouges parait rajeunis. Ses yeux s'illuminent d'un coup, comme par magie, tandis que son ancien moi, celui d'avant sa fuite, tente de reprendre le dessus. Mais pourtant elle ne se laisse pas entièrement aller ; elle a trop souffert de part le passé et ne souhaite pas revivre cela. Son visage se referme et affiche de nouveau un regard inexpressif, son armure a elle, elle cherche à refouler sa joie de se sentir libre, elle refuse tout sentiments. Elle déambule sans objectif à travers la cité. De nombreux regards s'attardent sur elle et notamment sur sa crinière, qui semble, à elle seule réveiller son visage dur et froid. Son visage est beau et jeune mais affiche cependant les marques des terribles épreuves qu'elle a vécut. Son esprit garde des séquelles dont elle sait qu'elles ne disparaîtront jamais, ces séquelles l'ont marqué plus profondément que les coups sur son corps. Les différents combats qu'elle a menée ont été moins dur physiquement parlant que Son combat a elle ; les marques sur son corps ne représentent qu'une infime partie de ses blessures... Des cicatrices présentes sur son corps,  sa pférée est celle en forme d'étoile sur sa main, cette cicatrice la conduit vers son jardin secret, ses souvenirs d'une période heureuse ou elle pouvait aimer et ou se battre contre diverses créatures était pour elle un plaisir et un loisir et non un moyen de défense comme actuellement. Que de souvenirs joyeux lui traversent l'esprit et c'est d'un pas joyeux qu'elle regagne la taverne, car suivant le cours de ses déambulations, elle ne s'était pas aperçue que le soleil avait commencé à décliner et qu'il commençait à se faire tard.
Ar
rivée à la taverne elle s'y sent plus a l'aise que la veille ; et cette fois ci quand elle y fait son entrée, si les discussions se sont tues, ce n'est pas parce que personne ne la connaît, mais plutôt que les hommes présent dans la pièce, de toutes espèces confondues la trouvent a leurs goût. C'est vrai qu'elle est belle, juste son visage dévoilé inspire aux hommes qu'elle rencontre des poussées de désirs, elle adore cette sensation. Dans ces moments la, elle sait qu'elle les domine et qu'ils ne peuvent s'opposer a sa volonté, la plus farfelue soit elle. Par le passé la beauté de son simple visage lui a été d'un grand secours dans quelques situations périlleuses ou elle s'était retrouvée. Depuis toujours elle est étonnée de l'impact du désir sur la capacité de réflexion des hommes, certains était même prêt a tuer afin d'avoir le plaisir de regarder son visage à découvert. Les plus intelligents des hommes qui pourtant n'étaient pas guidés par leur désir, se sont transformés en vrais moutons dociles après avoir croisée sa route. Elle a conscience du désir qu'elle inspire aux hommes et elle en a très souvent joué pour parvenir à ses fins, un peu trop une fois ; mais bon, sa beauté lui a toujours, à l'exception d'un jour particulier, lui a toujours été profitable. Ce sentir désirée, elle n'avait plus connue sa depuis son exil et son camouflage dans sa longue cape. Ce sentiment qu'elle avait pourtant cherché à éviter lui fait monter dans le sang une poussée d'adrénaline qui lui provoque un choc très agréable. Je ne dois pas lutter, se dit elle, c'est ma vrai nature qui essaye de reprendre le dessus sur les événements. Et presque totalement convaincu, elle traverse la salle d'un pas très assuré pour aller s'asseoir devant l'âtre. Ses cheveux rougeoient encore plus à la lumière du feu. La pâleur de son visage dont l'éclat est rehaussé par la lumière du feu paraît être irréelle. Et pourtant elle vit, elle revit, cette nouvelle contrée lui donne des ailes, elle souhaite une seule chose, pouvoir être de nouveau libre, et elle pense, que cette cité pourra lui apporter ce qu'elle cherche.
U
ne fois son repas avalé en vitesse, elle décide de monter dans sa chambre, l'ambiance de la taverne étant devenue pour elle un peu lourde.Arrivée en haut dans sa chambre, elle aperçoit des détails auxquels elle n'avait absolument pas fait attention la veille. Sur les murs de bois bruts sont dessinés à l'encre rouge des runes qui se ferment sur le plafond. Son lit, blanc, se trouve au milieu de la pièce, une grande force puissance retenue se sent dans la pièce, et elle constate que flotte dans la pièce une odeur d'encens. Cette puissance parvient à l'apaiser, cette magie lui est familière, elle se souvient des gestes et des paroles. Tout n'est pas perdu pour elle ; elle se couche la tête pleine de ses runes qu'elle redécouvre avec joie. La blancheur de son lit dans l'éclatante couleur écarlate des runes la berce et l'aide à s'endormir rapidement. Pourtant son sommeil reste agité de rêves et de cauchemars 

Posté par maveric-k à 21:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Moi 3

Le lendemain, elle se réveille en forme. Elle se prépare, va prendre son petit déjeuner et part rejoindre  la jeune femme croisée la veille a l'atelier des alchimistes. Elle rejoint en ayant pris soin de remettre en place sa capuche, la sortie Nord de la ville. Aux abords de la sortie, elle aperçoit sa compagne ; les deux femmes se saluent et elles commencent à faire route en directions des champs. En chemin, la compagne de Jo tente de lui faire la conversation, mais celle-ci ne répond que part monosyllabes, ce qui finit par refroidir sa compagne. Une fois arrivées dans les champs, les deux femmes se mettent silencieusement à cueillir les plantes dont elles ont besoin pour fabriquer leurs potions. Arrivées aux alentours de midi, les deux femmes s'accordent une pause pour manger. La compagne de Jo essaie de nouveau de  relancer la conversation. Elle la questionne sur son pays d'origine. Elle lui dit qu'elle parle très bien leur langue malgré son accent tout à fait charmant. Elle lui apprend qu'elle s'appelle Aurorae. Elle fini par lui demander, la raison pour laquelle elle a quitté son pays. Jo hésite, se tâte et finalement lance : « un homme ; un homme est la cause de mon départ ». Aurorae lui demande s'il elle souhaite en parler et lui demande son nom. « Apelle moi Jo, répond l'intéressée, je ne souhaite pas parler de ce qui c'est passé. C'est beaucoup trop douloureux pour moi pour l'instant »Aurore acquiesce et se tait. Elle se demande ce qui a poussé cette femme qui à l'air tout à fait charmante a quitter son  pays. Elles finissent leur collation et se remettent au travail, Jo s'intéresse a la vie de sa nouvelle cité et demande a Aurorae les us et coutumes de son nouveau pays. Celle-ci lui répond qu'elle ne peut pas trop la renseigner la dessus, qu'elle n'est pas d'ici et qu'elle est arrivé seulement un mois auparavant.
Un détail frappe Jo, Aurorae cette femme qui  est pourtant une étrangère pour elle lui semble si familière. Peut-être, est-ce du a son physique ? Il est vrai qu'Aurorae ressemble étrangement à Jo physiquement parlant, mis a part ses cheveux d'un châtain éclatant coupé au niveau de ses frêles épaules et ses yeux d'un vert si foncé, les deux femmes se ressemblent beaucoup. Aurorae est vêtue dans un style plutôt classique, une longue robe ample cachant son corps musclé. Ses ailes sont libres dans son dos et elle parait vraiment belle. La comparaison avec Jo ne peut pas être faite, au vu de la longue cape qui cache son corps. Jo seule peut faire la comparaison. Jo s'interroge ; elle se demande si.... Non sa ne peux  pas être ca se dit elle. Ce n'est pas possible, Jo se décide à l'interroger.
« Aurorae, j'ai une petite question »
« Oui Jo, répond l'intéressée, que veut tu savoir ? »
« J'aurais une question au sujet de tes parents !   Pourrais-tu me dire d'où ils viennent ?»
« Euh, a vrai dire, je l'ignore, j'ai été adopté toute petite, j'ignore tout de mes parents naturels ; mais pourquoi cette question ? »
« Comme sa j'avais l'impression que ton visage me disait quelque chose mais non je me trompe »
Pourtant Jo sait  qu'elle ne se trompe pas et elle retourne toute joyeuse a sa tâche. Je l'ai retrouvé mais c'est un miracle se dit elle ; j'avais une chance sur un million de tomber sur elle un jour. J'aurais du plus faire attention a son physique hier quand je l'ai rencontrée, j'aurais du me rappeler ; pourtant j'étais jeune...
La nuit commence à rentrer et les deux jeunes femmescident de rentrer dans la cité. Pendant le trajet Jo se met à raconter son enfance avec ses parents, elle parle avec Aurorae, sa faisait si longtemps qu'elle ne s'était pas confiée comme sa à quelqu'un. Sa lui fait du bien. Arrivées à la porte Nord de la ville les deux jeunes femmes se séparent se promettant de se retrouver au même endroit le lendemain matin. Jo laisse Aurorae la tête pleine de questions ; questions auxquelles elle sait qu'elle n'obtiendra jamais de réponse, du  moins pas pour le moment.
Jo déambule légère, a travers la ville. Arrivée a l'entrée de la taverne, elle procède de la même façon que la veille et enlève sa capuche  juste avant d'enter dans la taverne. A l'intérieur elle retrouve la même agitation que la veille ; cette ambiance un peu festive commence à lui plaire.

Posté par maveric-k à 21:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2010

moi 4

      
      
               

                        

Le lendemain, elle
se réve
ille en forme. Elle se prépare, va prendre son petit déjeuner et part rejoindre  la jeune femme croisée la
v
eille a l'atelier des alchimistes. Elle rejoint
en
 ayant pris soin de remettre en place sa capuche, la sortie Nord de la ville. Aux abords
de
la sortie, elle aperçoit
sa compagne ; les deux femmes se saluent
e
t elles commencent à
fair
e route en directions des champs. En
chemi
n, la compagne de Jo
tent
e de lui faire la conversation, mais
cell
e-ci ne répond que part monosyllabes, ce
q
ui finit par refroidir sa compagne. Une
fo
is arrivées dans les
cham
ps, les deux femmes se mettent silencieusement à cueillir
les plantes dont elles ont besoin pour
fab
riquer leurs potions. Arrivées aux alentours de midi,
les d
eux femmes s'accordent
un
e pause pour manger. La compagne de Jo
es
saie de nouveau de  relancer la conversation. Elle la questionne sur son pays d'origine. Elle lui
dit
qu'elle parle très
bien
leur langue malgré son accent tout à fait charmant. Elle
l
ui apprend qu'elle s'appelle Aurorae. Elle fini par lui demander, la raison pour laquelle elle a quitté son pays. Jo hésite, se tâte et finalement lance
: « un
homme ; un homme est la cause de mon départ ». Aurorae lui
demand
e s'il elle souhaite en parler et lui demande son nom. « Apelle
moi
Jo, répond l'intéressée, je ne souhaite
p
as parler de ce qui
c'est
passé. C'est beaucoup trop douloureux
pour moi pour l'instant »Aurore acquiesce et se tait. Elle se demande
ce qui a poussé cette
fem
me qui à l'air tout à
fait charmante a quitter son  pays.
Elles finissent leur
coll
ation et se remettent
a
u travail, Jo s'intéresse a la vie de sa nouvelle cité
et de
mande a Aurorae les
us
et coutumes de son nouveau pays. Celle-ci
l
ui répond qu'elle ne
peu
t pas trop la renseigner la dessus,
qu'elle
n'est pas d'ici et
qu'e
lle est arrivé seulement un mois auparavant.
Un dé
tail
frapp
e Jo, Aurorae cette
femm
e qui  est pourtant une étrangère pour elle lui
se
mble si familière. Peut-être, est-ce du a son physique ? Il est vrai qu'Aurorae ressemble étrangement à Jo physiquement
parlan
t, mis a part ses cheveux
d'un ch
âtain éclatant coupé au niveau de ses frêles
épaules
et ses yeux d'un vert si foncé, les deux femmes se ressemblent beaucoup.
Aurorae est vêtue dans un style plutôt classique, une longue robe ample cachant son corps musclé. Ses ailes sont libres dans son dos et elle parait vraiment belle. La comparaison avec Jo ne peut pas être faite, au vu de la longue cape qui cache son corps. Jo seule peut faire la comparaison. Jo s'interroge ; elle se demande si.... Non sa ne peux  pas être ca se dit elle. Ce n'est pas possible, Jo se décide à l'interroger.
«
Aurorae, j'ai une petite question »
«
O
ui Jo, répond l'intéressée, que veut tu savoir ? »
«
J'aurais une question au sujet de tes parents !
 
Pourrais-tu me
di
re d'où ils viennent ?»
«

Euh,
a vrai dire, je l'ignore, j'ai été adopté toute petite, j'ignore tout de mes parents naturels ; mais
p
ourquoi cette question ? »
« C
omme sa
j'av
ais l'impression que ton visage me disait
quelque chose
ma
is non je me trompe »
Pou
rtant Jo sait  qu'elle ne se trompe pas et
ell
e retourne toute joyeuse a
sa
tâche. Je l'ai retrouvé mais
c'est un miracle se dit elle
; j'avais une chance sur un
m
illion de tomber sur elle
un
jour. J'aurais du plus faire
attention a son physique hier
quand je l'ai
ren
contrée, j'aurais du me rappeler ; pourtant j'étais
j
eune...
La
nuit
c
ommence à rentrer et les deux
jeunes femmescident de rentrer dans la cité. Pendant le trajet
Jo se met à raconter son enfance avec ses parents, elle parle avec
Aurorae, sa faisait si longtemps qu'elle ne s'était pas confiée comme sa à quelqu'un. Sa lui fait du bien. Arrivées à la porte Nord de la ville les deux jeunes femmes
se séparent se promettant de se retrouver au même endroit le lendemain matin. Jo laisse Aurorae la tête pleine de questions ; questions auxquelles elle sait qu'elle n'obtiendra jamais de réponse, du  moins pas pour le moment.
Jo déam
bule légère, a travers la ville. Arrivée a l'entrée de la taverne, elle procède de la même façon que la veille et enlève sa capuche  juste
avan
t d'enter dans la
tavern
e. A l'intérieur elle retrouve la même agitation
q
ue la veille ; cette ambiance un peu
festi
ve commence à lui plaire.

         

         

Posté par maveric-k à 12:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

moi 5

 

La taverne est un endroit festif ou se retrouvent, le soir, de nombreux habitants de la cité. Jo commence à apprécier cette ambiance chaleureuse. Elle rentre dans la taverne sous les regards des hommes présents dans la pièce, cela l'amuse. Elle va directement s'asseoir devant l'âtre, dans son coin préféré de la taverne. Elle aime pouvoir se réchauffer, à la lueur du feu ses cheveux brillent et ses yeux affichent un nouvel éclat. Une lueur malicieuse parait éclairer ses magnifiques yeux verts. Pourtant quiconque la regarderai droit dans les yeux à cet instant pourrait y lire toute la détresse qu'elle ressent d'avoir du quitter son pays, et la peur qu'elle a de ne pas se faire accepter dans cette cité nouvelle pour elle. Elle l'aimait tellement, l'amour est une garce. Pourtant elle doit remonter la pente maintenant, elle ne doit pas se laisser retomber ; elle n'en est qu'au début de son escalade. Elle sait que les premiers mètres seront les plus difficiles pour elle ; elle doit s'accrocher et surtout ne pas retomber. La confiance en elle qu'elle a perdue suite à.... Elle se doit de la retrouver !
Perd
ue dans ses pensées, elle a avalé son repas sans même s'en rendre compte et
la
taverne est encore plus silencieuse qu'au moment ou elle est rentrée à l'intérieur. D'un coup elle se sent fatiguée et décide d'aller se coucher. Elle monte le magnifique escalier en bois d'ébène et ne semble même pas remarquer les ombres psentes en dessous. Elle atteint sa chambre, a l'entrée la puissance des runes commence dé à l'envahir. Elle rentre et la puissance l'atteint en entier, elle se laisse envahir et se sent d'un coup plus puissante. Aucun obstacle ne lui semble insurmontable. Elle s'accroche a son rêve, celui de se faire une nouvelle vie et que plus rien ne lui rappel l'ancienne. Elle se couche et s'endort rapidement.
Le lendemain au réveil elle se sent en forme pour une nouvelle journée qu'elle passera a discuter avec Aurorae. Elle déjeune rapidement et sort  recouverte de sa cape de la tête aux pieds. Arrivée a l'entrée Nord de la ville, elle retrouve avec grand plaisir Aurorae, les deux femmes partent en directions des champs tout en discutant ardemment. Arrivée dans les champs les deux jeunes femmes rencontrent un homme bizarre. Celui-ci parait être sans âge, il les regarde bizarrement.


Posté par maveric-k à 12:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Moi 6

Il les fixe comme s'il était attiré par elles. Ces deux magnifiques jeunes femmes chacune dans son style si particulier. Il s'intéresse tout particulièrement a celle qui se cache sous sa cape, qui refuse de montrer son corps comme si elle avait un secret particulièrement horrible à cacher. Il ne savait pas a quel point il était proche de la vérité. Ces deux femmes attiraient le regard. A elles-seules, elles ensoleillaient le champ. On eut dit deux reines. A y regarder de plus prés la ressemblance entre les deux pourrait même en faire deux sœurs...
Les deux jeunes femmes bavardaient gaiement sans prêter attention à cet homme qui les fixait. Pourtant, au bout d'un moment Jo eu conscience d'un regard posé sur elle qui semblait la scruter, la fouiller de l'intérieur et se sentit aussit mal à l'aise. Elle se retourne et se retrouve nez a nez avec l'homme. Elle le dévisagea cherchant à comprendre les raisons de son regard la fouillant. L'homme ne dit rien, ne bouge pas et continue à les observer. Jo se retourne et décide de ne plus pter attention à cet homme si bizarre, bien que son instinct la titille. Les deux filles reprennent leur discussion la ou elles l'avaient laissées, mais cette fois si d'une voix un peu plus basse de peur que l'étranger les écoutes. Elles discutent de tout et de rien, de la vie tout en évitant soigneusement le sujet sensible : la vie passé de Jo. Aurorae raconte à Jo sa vie d'avant, ses conquêtes et déceptions amoureuses, ses aventures qui ne sont pas très nombreuses, en effet Aurorae est mille fois plus calme que Jo et a l'âme beaucoup moins aventureuse. Jo quand à elle n'ose pas s'aventurer sur ce chemin. Elle sait que si elle commence elle sera dans l'incapacité la plus totale de s'arrêter, or elle ne souhaite absolument pas a révéler a Aurorae son secret, ce qui risquerait de se passer si jamais elle se lançait dans le récit de sa vie passé loin d'ici. Penser à cela fit monter des larmes aux yeux de Jo qui ne put s'empêcher de pleurer, tout doucement d'abord, puis les larmes se mirent à devenir un flot continu que Jo ne put bientôt plus contenir. Elle perdit pied, Aurorae se retourna entendant les pleurs de son amie et l'interrogea sur les raisons de sa détresse. Jo n'était pas en état de répondre, son inconscient l'avait ramené à l'endroit qu'elle avait cherché à fuir. Jo s'écroula d'un coup par terre, sans connaissance. Aurorae l'entendit pourtant prononcer des paroles dans une langue incompréhensible pour elle mais dont elle se doutait était la langue de son amie. Jo est plongé dans son pire cauchemar. Elle revit tout comme si cela c'était passé la veille et pourtant son corps refuse de laisser sa raison refaire surface, elle cri elle se débat, elle veut que sa finisse. D'un coup elle se sent soulevé du sol ou elle s'était écroulé et des voix commencent a lui parvenir, celle d'Aurorae et celle d'un homme. Elle refait doucement surface

Posté par maveric-k à 13:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

moi 7

Elle commence par réentendre plus nettement les sons qui l'entourent. Puis son esprit fait le point sur l'endroit et les personnes avec lesquelles elle se trouve. Aurorae et l'homme bizarre qui la soutiennent . Elle ouvre doucement les yeux et cherche a comprendre ce qui c'est passé. Tout ce qu'elle venait a l'instant de voir n'étaient que des souvenirs. Pourtant ce visage... Elle le voyait comme s'il était encore la avec elle. Comme s'il pouvait encore la faire souffrir. Elle savait pourtant que tout cela n'était que les fruits de son imagination galopante. Elle se savait en sécurité dans ce pays lointain pour elle.
Ell
e se ressaisit et choisi d'oublier ce pas qui la traumatisait. Elle se redresse et adresse un sourire a Aurorae et a l'homme. Je vais bien leur dit elle ce ntait qu'un petit malaise. Tout va bien maintenant, il faut juste que je me repose un peu. Aurorae souris soulagée, l'homme pourtant n'était pas dupe. Il savait que ce n'était pas qu'un malaise banal mais quelque chose de plus inquiétant pour la santé de la jeune femme. Son esprit était bien trop perturbé pour que tout aille bien! Elle devait cacher un secret beaucoup trop lourd pour elle. Il faudrait la surveiller de ps pour éviter qu'elle ne reperde pieds.

Posté par maveric-k à 13:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2010

Moi 8

Perdre pieds, voila ce qu'elle voulait a tout prix éviter. Cette situation était pour elle intenable. Il s'en rendait compte au vu de la gêne qu'elle  éprouvait en ce moment avec eux qui l'ont vu perdre pieds.
El
le tente de les rassurer. Ce n'est qu'un malaise de rien du tout, leur dit elle. Ne vous en faites pas pour moi, je vais bien.
Mai
s Aurorae, parle moi plutôt de ton arrivée ici, comment c'est passé ton intégration a ce pays? Je veux tout savoir dans les moindres détails. Aurorae plutôt contente des questions de son amie se laisse emporter a conter son arrivée dans cette contrée dans les moindres détails, interrompue quelque fois par les questions de Jo sur tel ou tel point particulier de son histoire. L'homme toujours la, mais en retrait les écoutes patiemment en espérant en apprendre un peu plus sur Jo. Jo l'intrigue vraiment, elle n'est pas comme les autres elle est forte et enme temps faible, on a envie a la fois de la couver mais aussi de la laisser se débrouiller toute seule. La nuit approchant les deux femmes décident de rentrer. Jo se tourne vers l'homme qui pendant toute la durée de leur discussion était resté là a les écouter et le remercie de l'avoir aidée . L'homme vaguement gêné lui répond que ce n'était rien et que c'était normal ...
Les deux femmes retournent en discutant joyeusement vers la ville, Jo se mêlant pour une fois a la conversation. Comme a leur habitude les deux femmes se séparent a l'entrée de la ville, mais cette fois elles décident de se retrouver le lendemain non pas a la sortie de la ville mais plutôt a l'atelier d'alchimie, leurs provision étant suffisantes pour pouvoir fabriquer de nouvelles potions.
Jo ne souhaite pas rentrer desuite a son auberge. Elle décide donc d'aller se balader en ville. Cette balade si se déroule avec la tête découverte. Ses cheveux roux flamboyant au soleil couchant elle sent peser de nombreux regards sur elle, mais chose étrange, elle ne se sent pas mal, loin de au contraire, elle se sent bien. Aps une longue ballade au détour des petites rues de la ville, ellecide tout de même de rentrer se reposer. En chemin, elle tombe sur une fontaine magnifique, au milieu d'une place. Elle s'arréte quelques instant pour regarder la fontaine et se rends compte que c'est une fontaine a vœux. Elle sort donc de sa poche une pièce , la jette dans la fontaine et fait un vœux. J'aimerais que tout ceci ne soit jamais arrivé et j'aimerai aussi pouvoir faire de cette ville ma nouvelle patrie et me faire apprécier de mes concitoyens!
Apr
ès avoir passer quelques instant devant cette fontaine vraiment magnifique, elle continue sa route vers l'auberge. Arrivée devant elle en pousse la porte en douceur pour humer dans l'air le parfum de la délicieuse cuisine

Posté par maveric-k à 16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Moi 9

Elle prend un repas rapide dans la salle commune de la taverne. Ce soir là, elle souhaitais avant tout rester seule et réfléchir. Elle monte dans sa chambre et devant sa porte le pouvoir des runes l'envahis. Les souvenirs de cette journée particulière a partir duquel tout a changé remontent. Cette rencontre qui a bouleversé le reste de sa vie.
El
le se change et s'assoie sur son lit et laisse les souvenirs remonter. Ce visage qui lui plait tant, ses magnifiques yeux, le désir qu'elle ressentait en sa présence, sa façon de lui parler, ses gestes envers elle...
Elle rêve a sa vie passée qu'elle a perdue, et repense aux événements qui l'ont poussée a partir et a fuir sa patrie. Elle aurais tant voulu pouvoir rester et ne pas avoir a fuir, mais cela était impossible. Elle ne devait et ne pouvais plus rester là bas, elle avait trop mal. La douleur qu'elle ressentait aurais pu la tuer. Elle aurait préféré être morte ce jour que d'avoircu ces événements terribles. Elle aurait voulu avoir la force de vaincre et desister. Le temps passé sur les routes lui a permis de s'endurcir, si les événements se reproduisait aujourd'hui elle sait qu'elle serait capable de sister et n'aurais plus besoin de fuir. Elle aurait tant voulu que ça ne se passe pas ainsi. Elle aimait tant sa vie pase. Elle avait cru avant de fuir qu'elle ussirait a se reconstruire, pourtant elle commence à se rendre compte qu'elle n'y arriverais pas. Elle aurait ce poids sur la conscience toute sa vie. 
Fatiguée et en proie a une énorme crise de larme, elle finit par sombrer dans un drôle de sommeil. Sommeil troublé entrecoupé deve/souvenirs suivi deveils en sursaut d'une jo affolée ne sachant plus trop démêler rêve de la réalité.

Posté par maveric-k à 16:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Moi 10

Au petit matin elle fini cependant par sombrer dans un sommeil de plomb.Dans ce sommeil la, un rêve surgit, ou plutôt un souvenir. Celui de sa nuit de noce. Cette première nuit avec celui qui fut son mari. Elle revit chaque détails de son corps et sent de nouveau et son parfum si envoutant. Elle se remémore la sensation de ses baiser sur sa peau et le désir que provoquait ses caresses sur son corps. Elle se réveille dans un état second regrettant que ce ne soit qu'un rêve. Seule assise sur son lit elle se met a pleurer, elle se rends compte qu'il lui manque. Elle voudrait tant le revoir. Elle se décide de se lever alors que le soleil est déjà haut dans le ciel. Elle descend dans l'auberge et mange rapidement. Elle prend tout le même le temps de demander a la tavernre l'emplacement d'une rivière dans les parages. Celle ci lui répond et lui donne les instructions pour ce rendre dans un coin tranquille au bord de la rivière a l'abri des regards indiscret qu'elle seule connais. Jo se précipite a la sortie de la ville pour prévenir son amie qu'elle ne passeras pas la journée avec elle. Une fois ses excuses présentées a Aurorae pour l'abandonner aussi soudainement , Jo se précipite a l'opposée de la ville, en direction de l'endroit indiquée par la tavernière, elle cherche un petit moment , se perd dans la forêt et fini par trouver, par hasard l'endroit recherché. Dans une magnifique clairière coule une cascade due a la rivière qui longe la ville. Après de longues minutes d'hésitation, Jo fini par se déshabiller et rentrer entièrement nue dans la rivière. L'eau est glacée mais apaise sa peau en feu et son désir. Elle nage jusqu'à se retrouver pile sous la cascade, ou elle se rends compte qu'elle a pieds. Alors tout doucement elle se met debout dans l'eau, lire ses cheveux sous la cascade d'eau glacée, elle espère ainsi calmer le feu qui c'est alluau creux de ses reins. Elle reste un long moment ainsi sous l'eau, jusqu'à estimer être suffisamment calme pour pouvoir sortir. Elle regagne a la nage la rive et décide de sortir de l'eau; elle choisis ensuite de se laisser sécher par le soleil. Elle s'allonge donc nue sur l'herbe et ferme les yeux, le soleil tape très fort, elle est donc rapidement sèche. Elle se rhabille lentement puis s'allonge de nouveau dans l'herbe. Elle pense aux merveilleux moments passés avec son mari, dans les bras de celui ci, et a son corps parfait. Elle ferme les yeux et de nouveau revois chacun des détails de son corps. Elle finis par s'endormir au bord de l'eau, bercée par le bruit de la chute de l'eau de la cascade...

Posté par maveric-k à 16:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Moi 11

Elle se réveille, lentement, le ciel au dessus de sa tête est devenu plus sombre; la nuit commence a tomber, doucement elle se rhabille et se met en route pour la ville. Elle parait rayonnante, des petits instants de bonheur qui sont revenus de ses souvenirs cachés au plus profond d'elle même. Sur le trajet, elle se met a penser aux personnes qu'elle a fait souffrir notamment une personne. Elle sait qu'elle lui a brisé le cœur mais elle sait aussi qu'il ne lui en veux pas. Qu'il est parfait et que malgré tout ce qu'il c'est passé il tient énormément a elle! La perte d'un être cher, tel était ce qui la tourmentait, elle ne voulait surtout pas que cela se reproduise. Elle ne voulais pas le blesser lui comme elle, elle avait été blessée. Il lui manquait terriblement mais il était aussi tellement loin d'elle. Ce voyage qu'elle avait entrepris avait pour but de s'éloigner de son passé, de renouer avec son présent ,de démarrer un nouveau futur, elle en avait besoin et aussi tellement envie. S'éloigner de son passer, créer un nouvel avenir loin de ces horreur qu'elle avait subie. Tout serait a reprendre si elle replongeait. Il valait mieux pour elle tenter de tout oublier. Cela était impossible. Elle le savait et pourtant jour après jour elle tentait de s'y résoudre. Il le fallait pour sa survie. Pourtant depuis qu'elle était arrivée ici la vie lui avait fait un magnifique cadeau... et elle avait pu enfin retrouver le sommeil.
M
ais ce qu'elle voulait sur l'instant; en retournant a l'auberge; elle n'en était plus sure du tout. Cet après midi avait fait remonter des souvenirs ancrés au plus profond d'elle même qu'elle avait tenté désespérément de faire disparaître. Arrivée devant la porte de l'hôtel une seule question la taraudait: que devait elle faire?
D'un pas vif elle se dirigea vers ltre et pris un siège,  il lui fallait se réchauffer devant le feu, réchauffer son âme meurtrie ... Elle ne répondit qu'a moitié quand l'aubergiste vint lui porter son repas et fut absente mentalement tout au long de la soie. La nuit a suivre, elle le savait ne serait pas agréable pour elle. Tant de souvenirs était remontés dans l'après-midi des qui l'avait remplie de  joie et un autre qui l'avait attrise. Ses cauchemars horribles allaient faire leur retour. Et elle n'eut  pas tord. A peine endormis le premier arriva; plus cruel que jamais, et toujours si emprunt de réalité. Son cerveau ne parvenait plus a faire la part des choses. Elle était tortue par ses actions passées, les bonnes comme les mauvaises.
Au
réveil, elle n'était sure que d'une chose: elle ne devait jamais plus revenir en arrière, c'était trop dangereux pour elle. Il fallait qu'elle oublie et qu'elle se change les idées. Pour cela elle devait retrouver son amie, espérant que celle ci ne lui en voudrait pas trop pour ses absences tant mentales que physiques des deux derniers jours.

Posté par maveric-k à 16:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Moi 12

Un nouveau départ, voilà ce qu'il lui fallait. Elle en était persuadée l'aiderai à refaire surface, a ne plus avoir besoin de se cacher. Elle avait réussis en quelques jours passés dans ce nouveau lieu à se faire une amie. Et quelle amie ; reflet de son passé et de son présent, une retrouvaille a laquelle elle ne s'attendait absolument pas.
Ce
tte ville était magique, elle lui donnait des ailes et une toute nouvelle sensation de liberté ! Ce sentiment se révélait nouveau pour elle qui avait toujours été « esclave » d'elle même ! Pour pouvoir se libérer intégralement il fallait qu'elle calme son esprit tourmenté ! « Je ne dois plus me laisser faire par mon esprit, je dois le combattre, et ne plus jamais me laisser abattre », se dit-elle tout en s'habillant avant de descendre déjeuner.
L'aub
erge était étonnement calme se matin là. Il n'y régnait pas l'agitation habituelle, seul quelques habitués étaient présent. Jo trouva ça bizarre mais ne s'inquiéta pas outre mesure, elle avait l'habitude des changements brusques. Elle interrogea tout de même l'aubergiste qui lui indiqua qu'aujourd'hui, était un jour férié pour eux et que les gens en profitaient pour se reposer, se ressourcer, et pour partir se balader. L'aubergiste commença à lui expliquer le pourquoi du comment mais Jo n'écoutait déjà plus. Elle ne pensait qu'à une seule chose, au plus profond d'elle même elle espérait que son amie serait au rendez-vous. Ellejeuna rapidement puis partie presque en courant vers leur lieu de rendez-vous. En chemin elle se rendit compte de son allure plus que rapide et se força à marcher doucement et a s'impgner des effluves et des couleurs alentours, il fallait qu'elle profite de son nouveau départ.
S
es cheveux libérés du poids de la capuche qu'elle portait quand elle était arrivée en ville semblaient absorber toute la lumière présentent et renvoyaient une impressionnante couleur cuivre foncé, flamboyante. Les quelques personnes présentent semblaient comme hypnotisée par sa chevelure et ne pouvaient s'empêcher de la fixer intensément. Ces regards ne pesaient plus sur elle, loin de la ! Elle se sentait forte, pas aussi forte qu'avant qu'elle parte mais tout de même beaucoup plus forte que lors de son très long voyage. Elle sentait aussi qu'elle serait capable d'être encore plus forte qu'auparavant si elle se faisait un peu confiance.

Posté par maveric-k à 16:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

chapitre 1

Le dernier message correspondait a la fin du chapitre 1 de mon histoire, celle ci est basée sur du vécu, sur mes ressentis mais est avant tout de la fiction.
Créée à l'origine pour un RP, j'ai décidé de la poursuivre et d'en faire une vrai histoire. Le texte est toujours présenté de façon brut, je ne corrige que les fautes d'orthographe et de grammaire, je reprendrais peut être un jour le fond pour le rendre moins lourd et plus facile à lire.
J'ai attaqué l'écriture du chapitre 2 et je vais commencer à publier ce nouveau chapitre tout doucement.
merci aux personnes passant de me laisser une trace de leur passage, pour me dire ce que vous en pensez que vous aimiez ou non!!!!

Posté par maveric-k à 23:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2010

chapitre 2

Voici la suite de l'histoire
le début du chapitre 2 que je viens de commencer à écrire. Je commence juste, et je le publierai au fur et à mesure.
Laissez moi une trace de votre passage, j'en serai enchantée et même les critiques sont bienvenues.
Ce chapitre s'appelle:
"Un nouveau départ"

Posté par maveric-k à 14:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Moi 13

Un nouveau départ,
vo
ilà ce qu'il lui fallait.
E
lle en était persuadée
l'ai
derai à refaire surface,
a
ne plus avoir besoin
de se
cacher. Elle avait réussis
en quelques jours passés
da
ns ce nouveau lieu à
se fai
re une amie. Et quelle
amie
; reflet de son pas
et d
e son présent, une retrouvaille a laquelle
elle
ne s'attendait absolument
pas. Cette ville était
magi
que, elle lui donnait
des a
iles et une toute nouvelle
sensation de liberté
! Ce s
entiment se révélait
nouvea
u pour elle qui avait
toujo
urs été « esclave » d'elle
même ! Pour pouvoir se
libé
rer intégralement il
fallai
t qu'elle calme son esprit
tourmenté ! « Je ne dois
pl
us me laisser faire par
mon
esprit, je dois le combattre, et ne plus
jamai
s me laisser abattre
», se
dit-elle tout en s'habillant avant de descendre déjeuner. L'auberge
était étonnement calme
se m
atin là. Il n'y régnait
pa
s l'agitation habituelle, seul quelques habitués étaient
pr
ésent. Jo trouva ça bizarre
ma
is ne s'inquiéta pas outre
mesure, elle avait l'habitude des changements brusques. Elle interrogea tout de même l'aubergiste
qu
i lui indiqua qu'aujourd'hui, était un jour férié pour eux et que les gens en profitaient pour se reposer, se ressourcer, et pour partir se balader. L'aubergiste commença à lui expliquer le pourquoi du comment mais Jo n'écoutait déjà plus. Elle ne pensait qu'à une seule chose, au plus
profond d'elle même elle espérait que son amie serait au rendez-vous. Ellejeuna rapidement puis partie presque en courant vers leur lieu de rendez-vous. En chemin elle se rendit compte de son allure plus que rapide et se força à marcher doucement et a s'imprégner des effluves et des couleurs alentours, il fallait qu'elle profite de son nouveau départ.

Posté par maveric-k à 14:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]